dimanche 4 décembre 2016

Dōgo Onsen Honkan, les thermes de Dōgo


Dans la grande ville de Matsuyama se trouve un quartier un peu hors du temps et très agréable à visiter : le quartier thermal de Dōgo.

Pour apprécier encore plus la visite, il ne faut manquer de visiter le bâtiment thermal principal Dōgo Onsen Honkan. Ce bâtiment imposant en bois, sur deux étages, avec un toit à pignon incliné recouvert de tuiles noires date du XIXème siècle.

Dōgo Onsen Honkan de jour
Dōgo Onsen Honkan de nuit

Les sources thermales de Dōgo sont exploitées depuis bien plus longtemps, considérées comme les plus anciennes du Japon. Selon la légende elles ont été découvertes par une aigrette blanche à la patte blessée, qui avait trempé sa patte dans une crevasse remplie d'eau thermale et qui avait été guérie.
Dans le bâtiment principal qui abrite les sources (Dōgo Onsen Honkan), l'aigrette est ainsi à l'honneur, avec notamment une statue d'aigrette à son sommet.


statue aigrette sur le toit

Staute la nut

On la retrouve aussi sur le tampon de l'établissement (au Japon, se trouvent à la sortie de la plupart des bâtiments des tampons encreurs personnalisés à disposition pour garder un souvenir de sa visite)



Dōgo Onsen Honkan propose 2 types de bain, avec pour chacun une partie pour les hommes et une partie pour les femmes.
Au rez de chaussée se trouvent les bains publics, appelés bains divins ou bains des dieux suivant les traductions (Kami-no-yu) ainsi que les bains de l'esprit (Tama-no-yu), un bain privé.
Le lieu abrite également au 1er étage des bains réservés à la famille impériale, où il n'est pas possible de se baigner mais que l'on peut visiter.
Le bâtiment comprend également des salons de thé au 1er et 2ème étage, des grands vestiaires et des salles d'expositions avec des objets anciens.
Il est classé au patrimoine culturel national.

Plusieurs formules sont proposées à l'entrée de Dôgo Onsen Honkan:

  • la formule de base donne accès aux bains publics uniquement. L'entrée coûtait 400 ¥ par personne en mai 2016
  • pour 800 ¥ on peut profiter des bains publics puis monter déguster un thé vert et des biscuits secs à la farine de riz (sembei) dans un salon situé au premier étage. Cela offre aussi un accès aux salles d'exposition.
  • Pour 1200 ¥ on a accès aux bains publics, au bain privé, au salon de thé du 1er étage, aux salles d'exposition et on peut également voir les bains réservés à la famille impériale.
  • Pour 1500 ¥ on a accès aux bains publics, au bain privé, au salon de thé du 2e étage avec un thé vert et un "dango" (boulettes de farine de riz) gâteau un peu plus sophistiqué que le sembei, aux salles d'exposition et à la visite des bains réservés à la famille impériale.
  • Un billet spécial donne uniquement accès à la visites des bains impériaux pour 250¥
Il n'y a pas de savons et de shampoings dans les bains publics, uniquement dans les bains privés. Pas de prêt de serviette pour les deux premières formules. Pour distinguer les curistes ayant choisi une formule avec accès aux salons de thé et/ou bain privé, des Yukatas avec des motifs différents sont prêtées suivant le billet auquel ils ont souscrits.

La billetterie (Fudaba) est située à droite de l'entrée du bâtiment, sur la rue, où un panneau récapitule les différentes offres (des brochures en langues étrangères sont également à disposition ).
Une fois à l'intérieur, comme il n'est pas possible de garder ses chaussures, des casiers avec clé permettent de les déposer.



Au guichet d’accueil,  on nous indique où il faut se rendre en fonction du ticket acheté. Il est possible ici d'acheter du savon ou de louer une serviette.
Nous avions pris la formule de base, et nous sommes rendus directement aux vestiaires. Les vestiaires avec une porte surmontée d'une tenture rouge sont ceux des femmes. Pour les hommes, la tenture est bleue.
Pour les autres formules, il faut emprunter un escalier au bout du hall avec des codes couleurs, qui mènent aux différents salons de thé où on vous remet votre Yukata.
Les vestiaires sont communs à toutes les formules. C'est une grande salle sans cabine privée, avec de nombreux casiers en bois à clé le longs de murs. On y dépose ses affaires en ne conservant que sa serviette, et on se rend directement dans les bains publics.

La coutume veut que l'on se rince avant d'entrer dans le bain, le bain étant public et l'eau peu fréquemment vidée. Les japonais ont tendance à mettre très longtemps à se rincer, laver, donc quand on arrive dans les bains publics à des heures d'affluence, il faut souvent attendre son tour avant de pouvoir passer sous la douche ( Plus de détails sur les coutumes à respecter dans les bains japonais).

Les bains et l'ensemble du bâtiment semblent avoir conservé leur style du début d'exploitation au XIXème sicèle. Des bains carrelés, avec des fresques et des statues (notamment des statues d'aigrette !).Un charme désuet où l'on passe un bon moment.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.