mardi 14 mars 2017

Conduire au Japon


Beaucoup de touristes optent pour le tour du Japon en train, le réseau ferroviaire étant très développé. Pour notre part nous avons l'habitude de planifier nos itinéraires en voiture, et avions donc choisi ce mode de transport au Japon. De tous les pays que nous avons traversés, c'est sans doute celui dans lequel nous avons eu le moins de plaisir à conduire, les limites de vitesse étant particulièrement restreintes, même sur les autoroutes et les villes peu contournées par des périphériques: tout trajet prend 3 fois plus de temps qu'en France et cela en devient vite fatiguant. On perd tellement de temps à se déplacer entre 2 destinations, que l'on choisit quasiment systématiquement les autoroutes, mais du coup cela ne permet pas de faire des petits détours pour profiter du paysage et de la route, et donc cela enlève beaucoup d'attrait à l'utilisation de la voiture. Après on garde le confort d'avoir toujours ses bagages dans le coffre et de s'éviter de les trimbaler d'un train l'autre.

La voiture peut être intéressante lorsque l'on n'a pas à parcourir de longues distances, et par rapport à notre itinéraire de 15 jours au Japon, si c'était à refaire nous aurions sans doute inclus plus d'étapes pour faire le même trajet. Il aurait alors fallu prévoir au moins une semaine de plus.

Avant de partir: faire traduire son permis

Il n'est pas possible d'utiliser un permis international pour conduire au Japon, il faut utiliser son permis français et le faire traduire par la Japan Automobile Federation, seul organisme officiellement reconnu pour faire les traductions. Cet organisme possède plusieurs bureaux de traduction dans des villes japonaises, et on peut donc choisir de faire la traduction sur place, ce qui revient forcément moins cher, mais pour ne pas perdre de temps il est préférable d'obtenir sa traduction avant de partir. Pour cela le plus simple semble de passer par des organismes français qui s'occupent de faire les démarches à notre place, même si forcément cela a un coût. Nous avions opté pour cette option qui nous a coûté 65 € en passant par le site "vivre le Japon" rubrique nos services.
Vous recevrez alors la traduction sur un papier A4, à garder sur soi avec l'original de son permis de conduire. 

Les limitations de vitesse

Au Japon on roule à gauche et les distances sont indiquées en kilomètres.
Les vitesses autorisées sont très basses comparées à chez nous :  
  • 40 km/heure en ville
  • 60 km/heure sur les routes
  • maximum 100km/heure sur les autoroutes, mais avec de nombreuses portions limitées à 80 km/heure ou moins.
Autoroute limitée à 80km/heure
Périphérique de Tokyo à 60km/heure

Il ne nous a pas semblé que les limites de vitesse étaient bien respectées: on croise beaucoup de voitures les dépassant. Pourtant on croise aussi des radars sur les route ! Et on a remarqué que sur les les routes nationales, les voitures respectant strictement les limites se mettent souvent sur le bas côté pour laisser passer ceux qui vont plus vite.


A noter aussi que sur les routes japonaises, il n'est souvent pas possible de doubler, même sur les autoroutes: des longues portions de routes sont limitées à une voie, avec des plots sur les bords.


On est alors tributaire des voitures devant nous, et si le premier de la file a décidé de rouler lentement, tout le monde attendra. Contrairement à chez nous, personne ne s'énerve.

Cependant ce n'est pas sur les autoroutes où on est le plus ralenti, mais bien dans les villes. En cause : les feux tricolores dans les agglomérations, qui se suivent par dizaines, ralentissant considérablement les trajets.



Et si on veut éviter les routes payantes, on ne peut pas éviter les routes avec les feux, on finit toujours par traverser une ville (il ne semble pas qu'il existe de routes de contournements des villes "gratuites"). On se retrouve alors à rouler à une vitesse moyenne même en dessous de 40hm/heure !

Exemple de trajets sur les routes : 85km en 3h!

On comprend alors tout le sens de l'expression le temps c'est de l'argent, car quand on paramètre son GPS et que l'on voit qu'il nous faudra 3h pour parcourir 85km, on finit vite par préférer payer les autoroutes que de perdre autant de temps sur la route !

Utiliser un GPS au Japon

La majorité des panneaux de circulation sont retranscrits en alphabet latin et quand ce n'est pas le cas, ils comportent au moins des pictogrammes pour indiquer le type de lieu associé, donc on arrive à se repérer sur la route et on pourrait s'en sortir avec une simple carte routière pour suivre son trajet.
Avoir un GPS reste quand même une sécurité pour éviter de se perdre, même si les versions anglaises ne sont que partiellement traduites : les cartes restent en japonais.
Il est possible de trouver un lieu sur le GPS à partir de son numéro de téléphone. Cependant, cela ne marche pas à tous les coups ! Dans notre cas je dirais que cela a fonctionné dans moins de 70% des cas... Et quand on arrive pas à trouver une destination à partir de son numéro de téléphone, on est quand même obligé de chercher le lieu en caractère japonais sur le GPS, ce qui n'est pas évident. Le conseil est donc de toujours vérifier les différents numéros liés aux lieux de son trajet avant de quitter l'hôtel pour ne pas perdre de temps sur la route.

Panneau d'autoroute

Prendre de l'essence au Japon

Il existe deux types de stations services au Japon:
  • Les stations  en libre service, à la française, où l'on se débrouille tout seul! Les différents types d'essence sont bien traduits à côté de chaque pompe, pas de risque de se tromper (et dans les voiture de location, ils laissent un papier avec les traductions au cas où...)


Pompes à essence au Japon

  • Les stations avec service complet, où l'on se sent comme le roi du pétrole tant on n'a plus l'habitude de ce type de service en France ! Sitôt arrivé dans la station service, un à deux employés accourent à votre voiture. Le premier se chargera de refaire le plein pendant que le second s'occupera de nettoyer l'extérieur de la voiture et vous tendra une poubelle pour que vous puissiez vous débarrasser de vos déchets intérieurs. Quand les stations sont sur le bord de routes très fréquentées, ils vous aideront également à quitter la station en faisant stopper les voiture pour vous laisser passer ! Le rêve !Je n'ai pas l'impression qu'il faille laisser de pourboires, on n'en a jamais laissé en tout cas...

Les péages d'autoroute

Au Japon,  il existe deux types de voies de péages :  les voies de péages par paiements au guichet ou les voies en télépéage.


On trouve encore beaucoup de guichetiers aux péages, et non des machines, qui prennent votre carte ou votre monnaie. Ce qui surprend quand on paye cash c'est qu'ils prennent le temps de recompter les billets devant vous, et avec toutes les formules de politesse associées. On ose imaginer le temps que l'on passe au péage les jours de grands départs en vacances !
L'équivalent du télépéage au Japon s'appelle ETC (Electronic Toll Collection). Comme chez nous il faut un abonnement pour emprunter les voies utilisant ce type de péage, ainsi qu'un boitier.
Dans les voitures de location, le boitier est installé par défaut et une voie automatique s'enclenche à chaque fois que l'on approche d'une sortie d'autoroute à péage. Nous avons donc entendu ce message des dizaines de fois pendant notre séjour, on a jamais réussi à le désactiver (heureusement on a quand même réussi à baisser le son). On ne sait pas exactement ce que le message dit, mais il faut s'attendre à l'entendre pendant son séjour !



Les zones de travaux


Les zones de travaux peuvent surprendre au Japon. Déjà car elles sont annoncées avec des signalétiques amusantes, représentant des petits personnages (on a même croisé des panneaux à l'effigie de Hello Kitty), mais aussi car on trouve encore des agents effectuant des tâches qui sont remplacées par des panneaux lumineux chez nous. Ainsi il n'est pas rare de voir avant chaque zone de travaux un agent agitant un drapeau pour demander de ralentir.

panneaux annonçant des zones de travaux



Les parkings



Les parkings sont très souvent payants au Japon. Les tarifs varient d'une ville à l'autre, mais sont souvent fixés par demi-heure de stationnement.
La plupart des places payantes ont une barre métallique qui se surélève une fois que la voiture se gare et qui se repositionne à plat après le paiement effectué. Le paiement s'effectue sur une machine commune à la sortie du parking. L'avantage ici est qu'il n'y a pas besoin de ticket, il faut juste indiquer le numéro de sa place de parking.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.