mardi 7 février 2017

ise-Shima son sanctuaire et les rochers mariés

A l'est de la péninsule de Kii, la baie d'Ise. Elle est plus particulièrement connue pour son sanctuaire Shinto, Ise-jingu, le plus sacré du Japon. Il est composé de deux monuments principaux, le sanctuaire intérieur, Naiku et le sanctuaire extérieur, Geku. Non loin de ce sanctuaire se trouve les célèbres rochers mariés, Meoto-Iwa.



Le sanctuaire Naiku

Le sanctuaire du Naiku est consacré à Amaterasu, déesse du soleil, qui est liée à la famille impériale.
On arrive  au sanctuaire par un pont, le pont Uji, avec à chacune de ses extrémités deux Torii qui symbolisent le passage entre le monde des vivants et le monde sacré. Le panneau sur le pont indique qu'il faut marcher à droite !


Pont Uji



Il traverse la rivière Isuzu 
rivière Isuzu


Une fois arrivés dans le monde sacré, on traverse les allées d'un très joli jardin, 


où l'on retrouve comme souvent dans les sanctuaires Shinto, des tonneaux de Saké entreposés. Peut-être des offrandes à la déesse ?
barils de Saké

Comme dans tous les temples Shinto, il faut procéder à des ablutions: se rincer les mains et la bouche avant de pouvoir prier. et des auvents en bois, nommés Temizuya, avec un bassin et des coupelles sont prévus  à cet effet à l'entrée des temples. Ici, il est aussi possible de se purifier directement avec l'eau de la rivière Isuzu où une sorte de petite esplanade aménagée sur les berges permet de se pencher pour mettre les mains dans la rivière.
On traverse ensuite une très belle forêt de cèdres géants et de cyprès 

Forêt sacrée
qui mène à un grand escalier jusqu'au sanctuaire principal, le saint des saints, où seule la famille impériale et quelques membres du clergé sont autorisés à pénétrer. Pour tous les autres, on ne voit pas grand chose de plus que cette entrée, où un long rideau blanc masque l'intérieur. Les pélerins font quand même une prière devant. 
Le sanctuaire est démoli est reconstruit à l'identique tous les 20 ans, avec des cyprès et de la chaume. Selon le guide vert, ce serait dans un soucis de régénation et de purification, propres au rituels de la religion Shinto. Cela permettrait aussi de transmettre les techniques de construction d'une génération à une autre. Et 20 ans correspondrait à l'âge moyen de détérioration des toits de chaume (même si on l'a vu dans les villages de Shirakawa-go et Gotoyama, célèbres pour leurs maisons en toit de chaume, que la chaume là bas n'était changée que tous les 30 ans).

Escalier menant au sanctuaire Naiku
D'autres lieux de prières sont présents autour du sanctuaire. Quand on ne pratique pas le Shintoïsme, on éprouve quelques difficultés à s'imprégner de la mysticité des lieux, on apprécie cependant l'agréable promenade à travers la forêt. Au niveau des bâtiments, celui qu'on admire finalement le plus en tant que simple touriste est le Kagura-den, le bâtiment en complément du sanctuaire où sont pratiqués les cérémonies en l'honneur des Kami, les divinités vénérées au sein des temples Shinto.

Kagura-den sanctuaire Naiku





Quand on reprend le pont Uji en sens inverse et qu'on revient au monde des mortels, on arrive assez vite dans la ville, et notamment sur une rue commerçante Oharai-Machi où l'on trouve toutes sortes de boutiques qui font le bonheur des touristes, allant de la vente de petits objets sans intérêt à des produits plus haut de gamme.
Oharai Machi

Le sanctuaire Geku

A quelques minutes en voiture du sanctuaire Naiku, le sanctuaire extérieur Geku est dédié à la déesse de l'agriculture et de l'industie nommée Toyouke no omikami. Tout comme au sanctuaire Naiku, on retrouve les Torii, symbolisant le passage entre le monde réel et le monde sacré et le Temizuya pour procéder aux ablutions.
L'architecture du sanctuaire principal est ici aussi très épurée, de bois et de chaume, sans peinture et peu de décorations, synonyme de beauté et de pureté pour les japonais.
L'entrée dans les lieux n'est autorisée que pour certains élus, pour les autres, la visite se termine devant un drap blanc recouvrant la porte d'entrée.

Entrée Sanctuaire Geku

Mur sanctuaire Geku
Comme au sanctuaire Naiku, le sanctuaire Geku est détruit et reconstuit à l'identique tous les 20 ans, sur le terrain adjacent, un terrain vague actuellement.

Le sanctuaire est aussi au centre d'une forêt avec de nombreux arbres centenaires, où il est très agréable de se promener. On trouve sur le chemin d'autres lieux de prières, comme le Tsuchino-Miya et Takano-miya, accessibles via un escalier au cœur de la forêt un peu sportif.
Tsuchino-Miya 


toit Tsuchino-Miya 
Takano-miya

escalier dans la forêt

Les rochers Mariés, Meoto-Iwa.

Avant de quitter la péninsule d'Ise, nous nous sommes rendus le long de la côte pour découvrir les rochers mariés, qui symbolisent les dieux créateurs du Japon, et plus largement le mariage, avec Izanagi, le dieu masculin, le plus haut rocher, et Izanami, la déesse féminine, le plus petit rocher.

Les rochers Mariés, Meoto-Iwa

Ils sont liés par une shimenawa, une corde sacrée, faite de paille de riz tressée longue de 30 mètres. Cette corde délimite traditionnellement un espace sacré dans la religion Shinto. On retrouve aussi une Torii sur le sommet du plus haut rocher


Torii sur le rocher "homme"
le long du littoral jusqu'aux rochers, on retrouve plusieurs statuettes de grenouilles, un porte bonheur pour le pélerin pour la poursuite de son voyage!

Statues de grenouilles le long du chemin

Quand nous nous y sommes rendus, en fin de journée (il est conseillé de s'y rendre soit tôt le matin soit en fin de journée de mai à septembre en fonction des marées on peut ne pas voir entièrement la corde), il y avait beaucoup de vent, on s'est pris plusieurs petites douches le temps d'arriver au bout de la promenade !

Sources: guide vert Japon, vivrelejapon.com, cwd.jpn.org

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.