lundi 6 février 2017

le village d'Ogimachi à Shirakawa-go

Lorsque l'on consulte les guides touristiques sur la région de Chubu, comme le Guide Vert, deux lieux sont  très souvent associés: Shirakawa-go, dans la préfecture de Gufu, et  Gokayama dans la préfecture voisine de Tokayama. Ces deux vallées, au cœur des alpes japonaises, abritent différents villages classés au patrimoine culturel mondial de l'UNESCO depuis 1995. Qu'ont-ils de particuliers? leurs maisons en toit de chaume, construites à la fin de l'époque EDO (au milieu du 19ème siècle), de style gasshô-zukuri, c'est à dire "construites comme les mains jointes de la prière". En termes géométriques, plus parlants, le toit de ces maisons ressemble à un triangle très pentu.

gasshô-zukuri

Les guides conseillent de se rendre plutôt à Gokayama, aux  hameaux de Ainokura et Suganuma, plus difficiles d’accès et donc moins touristique. La conduite au Japon étant ce qu'elle est, lente, nous n'avons pas voulu faire de détour et sommes allés à Shirakawa-go, sur notre chemin, dans le village d'Ogimachi. Le village le plus connu de Shirakawa-go.


Ces maisons sur 3 à 4 étages servaient à l'origine pour l'élevage des vers à soie sur les étages supérieurs, et d'habitation au rez-de-chaussée et premier étage. Elles pouvaient abriter jusqu'à 30 personnes, en général de la même famille. Les planchers d'origine sont en lattes espacées afin de pouvoir faire circuler l'air dans les étages en été, et faire monter la chaleur jusqu'au combles en hiver. L'hiver est rude dans ces villages de montagne, et la forme particulière des toit de chaume a été pensée pour répartir le poids de la neige sur celui-ci. La charpente est consolidée avec des cordes, sans clous ni vis, afin que le toit puisse osciller en fonction du poids de la neige. Ces toits nécessitent un entretien, la chaume doit être changée tous les 30 ans. Les villageois se relaient ensemble pour la restauration des maisons nécessitant une rénovation afin de conserver leur classement au patrimoine mondial.



De nos jours, certaines de ces maisons sont toujours habitées, l'activité du village est essentiellement touristique. Plusieurs de ces maisons sont donc ouvertes au public, moyennant ticket d'entrée. Il est possible de se rendre dans certaines en accès libres grâces aux boutiques aménagées au rez-de-chaussée.

Avant de partir nous avions visionné la vidéo très complète d'Esprit Japon consacrée à Gokayama sur Noco.tv (vidéo gratuite mais il faut s'inscrire pour la regarder) qui permet d'avoir une visite complète d'une de ces maisons, et on n'a pas eu besoin de le faire sur place.


On prend plaisir simplement à flâner dans le village, à regarder les différentes maisons de l'extérieur, mais aussi les rizières, les nénuphars, et le panorama sur les montagnes











Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.