lundi 13 février 2017

Les temples du Mont Kōya (Kōya San)


Le Mont Kōya (Kōya San), situé dans la préfecture de Wakayama, regroupe à son sommet une centaine de temples, dont les premiers ont été créés par le saint fondateur de l'école shingon, Kûkai (774-835), aussi appelé Kôbô Daishi. Il est considéré que l'ensemble de la montagne forme un seul et même temple, dont le bâtiment principal est le Kongōbu-ji. Les autres temples de l’enceinte sont eux appelés Tatchu Ji-in ou « sous-temples ». C'est un lieu sacré du bouddhisme Japonais, le mont Kōya dans sa totalité fut élevé au rang de Daiji, c’est à dire de Grand Temple.

Le lieu, bien qu'assez fréquenté, paraît comme isolé du monde, en haut de sa montagne, où ne vivent que moins d'une dizaine de milliers d'habitants (peu pour le Japon), dont de nombreux moines. Il s'en dégage une atmosphère très particulière, très mystique, qui donne à vivre une expérience spirituelle même pour les plus touristes d'entre nous. Il est classé patrimoine mondial de l'UNESCO, parmi les sites sacrés et chemins de pèlerinage dans les monts Kii.

C'est sans doute le principal lieu où nous n'avons pas passé assez de temps. Nous y avons passé seulement une après-midi, même une journée aurait été trop courte. il faudrait au minimum passer une nuit dans ce lieu si particulier. Notamment car il est possible de dormir directement dans un temple-auberge, et ainsi s'imprégner un peu plus de cette ambiance apaisante. Le cadre verdoyant tout autour, mériterait également qu'on s'y attarde davantage pour mieux découvrir les paysages.

Se rendre à Kōya San


Le Mont Kōya est relativement difficile d'accès, même en voiture, car il faut emprunter une longue route sinueuse à travers les montagnes, où se croisent de nombreux cars et véhicules de tourisme. Quand on sait à quelle allure roulent les japonais, le temps peut vite paraître long avant d'arriver au sommet, même si beaucoup de voitures se laissent facilement doubler.
On traverse essentiellement de la forêt avec quelques ouvertures sur le paysage qui permettent de profiter de la vue sur les montagnes aux alentours.




Kongōbu-ji


C'est le temple principal du site et le premier bâti sur le Mont Kōya et où se déroule les événements les plus importants de Kōya San; Il est consacré majoritairement au culte du fondateur de l'école shingon, Kôbô Daishi, créateur du lieu; Il est possible de le visiter et découvrir son jardin de pierres, le plus vaste du Japon. Pour notre part, nous avons juste admiré la façade extérieure.

temple Kongōbu-ji


Danjo-Garan


C'est le complexe principal du Mont Koya, regroupant plusieurs temples et pagodes, bâtis à l'origine par Kôbô Daishi dès 816 et poursuivis par son successeur par testament, Shizen Daitoku. L'ensemble devait représenter "le monde fabuleux décrit dans le mandala du Monde de la matrice"

Parmi les bâtiments, on y découvre notamment la pagode Konpon Daitô d'un rouge flamboyant et haute de 50 mètres, consacrée à Vairocana, le bouddha central de l'école Shingon, représenté dans le monde de la matrice

Konpon Daitô

Une autre pagode sur le site, Saito, (tour ouest), haute de 27 mètres, a été construite par le successeur de Kobo Daishi, Shizen Daitoku elle aussi consacrée à Vairocana, mais incarne à la fois le Monde de la Matrice et celui du diamant

Saito, tour ouest

Le Kondo fut le deuxième bâtiment inauguré par Kobo Daishi, après Kongōbu-ji, et joue aussi un rôle majeur en tant que pavillon central du mont Koya. Il est consacré à Akshobhya.

Kondo


Le bâtiment Sanno-in est consacré à la divinité Shinto locale, la déesse de la montagne. Selon la légende, c'est elle qui a guidé Kôbô Daishi jusqu'à cette montagne où il a pu bâtir son premier temple.


Sanno-in

La nécropole Okuno-in


La visite de Kōya San ne serait pas complète sans passer par la nécropole. C'est une promenade de plus de 2 kms à travers une magnifique forêt de Cèdres Géants du Japon où reposent près de 200 000 tombes.



La plupart des tombes sont assez sobres, faites d'une pierre gravée discrète, d'autres sont complétées par une Torii ou une statue de plus ou moins grande taille.




Celles-ci portent parfois une sorte de tablier, qui doivent être aspergées d'eau afin de purifier le karma des morts.


Nous n'avons pas eu le temps de nous rendre au fond de la nécropole où se trouve la crypte de de Kobo Daishi, toujours extrêmement vénérée. Des processions de moines ont lieu quotidiennement.
Pour les Japonais, c'est un honneur de pouvoir enterrer ses proches dans cette nécropole, où les places sont devenues très chères.

Sources : Guide Vert Japon Edition 2015 p 439 à 444, site officiel de koyasan: kongobuji, Danjogaran

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.